REVENIR
        AU MENU

        Je vous donne ici mon avis sur les conditions d’une journée agréable pour les invités. Comme il est question des horaires, j’entends par là une journée où l’on ne s’ennuie pas. Les coutumes changent selon les cultures d’un pays à l’autre, et même entre différentes régions en France. Notez que je m’exprime en tenant compte de mon expérience.

        Mettons-nous à la place des invités.

        La question ne se pose pas pour vous qui serez sollicité par tout un chacun. Vous êtes les protagonistes du jour. Les invités, eux, suivent la cadence.

        D’ailleurs, cette appréhension de l’ennui se manifeste de deux manières :

        • la multitude d’animations prévues pendant le dîner : jeux, vidéos, discours, chansons, etc.
        • les nombreux espaces scénographiques qui ont un rôle décoratif et d’animation : candy bars, bars à limonade et autres bars à thème, foodtrucks, photobooth, arbre à vœux, plan de table élaboré, jeux géants, etc.

        Selon moi, la multiplicité des activités et sources distractives n’est pas forcément nécessaire.  Ce sont les horaires qui vont, en bonne partie, donner le ton aux festivités.

        1 ) La mairie : annoncez les heures de rendez-vous avec un peu d’avance sur les faire-part. A la mairie les cérémonies sont courtes et s’enchainent : comptez 15 – 20 minutes que chacun se gare ; 10 minutes au moins si vous aimeriez saluer les invités, même brièvement avant de monter ; 20 minutes de cérémonie en comptant le cortège d’entrée ; 10 minutes de sortie en comptant la sortie en fanfare des nouveaux mariés.

        2) Temps de trajet entre deux points le jour J : on double le temps en raison du nombre de personnes qui se dirigent et se garent dans le même lieu.

        3) Cérémonie religieuse : entre 45 minutes et 1h15 selon la consistance de la cérémonie. On rajoute 10 / 15 minutes devant l’église le temps que l’émotion collective redescende.

        S’il s’agit d’une cérémonie laïque, en principe vous êtes déjà sur le lieu de réception : elle devrait durer 30 à 45 minutes.

        4) Le Vin d’honneur : officiellement c’est 2 heures : 18h – 20h. Entre 20h et 20h30, on fait idéalement rentrer les invités en salle pour passer à table à 20h30. Dans la pratique, quand il fait bon, on ne passe pas à table avant 21h. Retenez qu’il faut environ 30 minutes pour que les invités passent du cocktail au dîner.

        5) Le dîner : de 21h à minuit. Vous avez 3 heures devant vous. J’invente un scénario type. Disons que vos invités sont entrés en salle entre 20h45 et 21h15 : vous faites votre entrée des mariés entre 21h15 et 21h25. Service des entrées à partir de 21h30. Le temps que tout le monde soit servi, mange sa mise en bouche, soit débarrassé, on vous apporte le plat autour de 22h15. On compte à nouveau un temps de service, de dégustation et de débarrassage. Le dessert, quand il n’y a pas de fromage, s’invite aux alentours de 23h15 ; et le café suit vers 23h50 (pour qu’il soit servi juste avant minuit dans mon scénario). C’est un scénario qui ne prend pas en compte les animations potentielles entre les plats (discours, jeux, vidéos), ni celles que vous pourriez prévoir (pièce montée, discours, fontaine à champagne).

        Trois heures de repas sont bien remplies.

        A minuit, on lance la soirée dansante qui se termine – dans le sud ouest de la France – aux alentours de 4h du matin.

        Voilà la structure de la journée. Maintenant, voilà ce qui peut la rallonger et donner des longueurs.

        • Les photos de groupe

        Elles prennent 1h selon le nombre de groupes. Les prévoir avant le cocktail est selon moi une erreur car pendant que les uns sont sur la photo, les autres attendent sans musique ni grignotage. Si vous ouvrez le service du cocktail à 17h, vous risquez de manquer de nourriture à la fin du cocktail et de consommer plus d’alcool que prévu. J’ai déjà eu cette configuration sur une prestation de coordination jour J où la mariée souhaitait que les invités restent jusqu’à la fin des photos de groupe, dans le but de faire ensuite le lancer du bouquet. Sauf que la liste des groupes de photo était très longue, et je lisais la lassitude des invités sur leurs visages.

        Si vous avez peur de ne profiter que d’une heure de cocktail à cause de la session des photos de groupe, lancez le cocktail à 18h, permettez à chacun de se servir au buffet. A côté du cocktail, réalisez les photos de groupe entre 18h et 19h. Missionnez deux complices qui connaissent bien votre entourage pour rassembler les personnes de chaque photo et faciliter la fluidité des groupes de photo. Au lieu de passer en salle à 20h, vous passerez en salle à 21h, vous aurez donc 2h de cocktail.

        • Le repas

        Pendant la soirée, attention à ne pas surcharger le programme d’animations juste pour combler le temps, que ce soit de votre part ou de la part de vos proches. Vous avez pu lire que l’enchainement d’un repas est assez dense. Rajouter des animations c’est repousser l’heure de début de soirée ;parfois les discours ne sont pas faits pour s’adresser aux invités. Dans ce cas, des invités ne se sentent pas concernés et peuvent ressentir de la longueur. Je pense que deux animations des proches sont suffisantes au repas.

        Mon conseil : prévoyez 3h de dîner et hop, tous sur la piste de danse. Les invités vont se déchainer et la manière dont il profiteront de la piste de danse déterminera le souvenir qu’ils en garderont.

        Je parlais en introduction de mon expérience. Une exception est venue confirmer tout cela : j’ai été amenée à travailler en coordination jour J sur un mariage où les clients avaient tenu à commencer les festivités dès midi pour terminer à 4h du matin. Comprenez bien que les cérémonies étaient passées et qu’il était question de démarrer le cocktail. Il a tenu jusqu’à 15h. A cette heure, ils sont passés à table jusqu’à 18h. A 22h, on a commencé à sortir des ateliers de nuit, et ce jusqu’à 2 heures du matin. Le mariage a officiellement pris fin à 4h du matin après 16 heures de fête. Quelles ont été les conséquences ? Sur 16h, vous avez le temps de devenir saouls, de décuver puis d’être ivre à nouveau : c’est l’esprit des ferias au pays basque mais pas d’un mariage. Je ne sais pas si c’est ce que certains appellent un art de savoir faire la fête. Mais d’un point de vue pragmatique, cela a donné lieu à des dérives comportementales. Ces personnes qui étaient, je vous le confirme, très agréables en temps normal n’avaient plus la lucidité de se rendre compte du comportement des certains invités ivres. Des tensions sont venues s’installer et franchement je ne suis pas sûre qu’ils aient plus profité qu’à un autre mariage plus ordinaire.

        Précisément, ce qui fait apprécier l’événementiel, c’est la densité, et non la durée.

        0 COMMENTS

        Leave a Comment

        Your email address will not be published. Required fields marked *